Umicore choisit le Canada pour la première usine de production de matériaux de batterie en son genre

Group of men and women standing on stage at business event

L’entreprise belge Umicore a annoncé un investissement de 1,5 milliard de dollars dans une installation de batterie de véhicules électriques (VE) à Loyalist, en Ontario. Située juste à l’ouest de Kingston, l’usine produira les matériaux de batterie essentiels aux VE et au rôle de plus en plus important du Canada dans la révolution des VE. L’entreprise combinera les matières actives cathodiques et la fabrication de composants précurseurs à grande échelle industrielle, une première pour l’Amérique du Nord et un maillon clé de la chaîne d’approvisionnement des VE. 

Une fois que l’usine sera opérationnelle, en 2025, Umicore devrait fournir des matériaux pouvant atteindre un million de véhicules électriques par année, ce qui constituera une partie importante d’un écosystème canadien en pleine croissance. Pour donner une meilleure idée de l’ampleur de cette production prévue, 1,6 million de nouveaux véhicules automobiles ont été immatriculés au Canada en 2021. 

L’investissement direct étranger contribue à bâtir une économie prospère et durable pour les communautés de tout le pays. À Loyalist en particulier, jusqu’à 1 000 emplois bien rémunérés seront créés pour la communauté grâce à cette nouvelle usine. 

L’investissement direct étranger dans notre région – et en particulier dans le canton de Loyalist – aura un impact considérable sur tout, des travailleurs qualifiés et du talent dont la communauté a besoin, en passant par l’amélioration et la modernisation de l’infrastructure.

 Jim Hegadorn, maire adjoint, canton de Loyalist

Regardez cette vidéo pour en apprendre plus sur cet investissement novateur et ce qu’il représente pour les Canadiens.

Engagement du Canada envers les ESG : un cercle vertueux 

Umicore a clairement mis l’accent sur la fabrication durable. Tout en annonçant le nouveau site de Loyalist, le PDG Mathias Miedreich a réitéré cet engagement, expliquant que la société avait choisi l’Ontario en partie parce que le réseau électrique de la province, principalement hydroélectrique et nucléaire permettra à l’usine de produire des composants de batteries avec des émissions carboneutres. 

De plus, Umicore explorera également les possibilités de raffinage des métaux et de recyclage des batteries en Amérique du Nord, afin d’offrir à ses clients de la région un accès sécurisé et circulaire aux matériaux de batterie critiques. 

Cela permettra ainsi au Canada de contribuer à la lutte contre les changements climatiques. L’investissement étranger permet d’exporter des produits, des solutions et de l’expertise écologiques fabriqués au Canada partout dans le monde. 

Investir au Canada : un partenaire de confiance 

Alors qu’Umicore était en train d’identifier l’emplacement de sa première usine de matériaux cathodiques en Amérique du Nord, Investir au Canada a collaboré avec des partenaires du gouvernement fédéral pour promouvoir et positionner le Canada comme la première option.   

Même après qu’Umicore ait choisi un site, Investir au Canada a soutenu l’entreprise à chaque étape du chemin – de l’acquisition du terrain jusqu’à l’annonce officielle, en introduisant les dirigeants de l’entreprise à des acteurs clés de l’écosystème le long du chemin. 

Comme l’a fait remarquer Mathias Miedreich, PDG d’Umicore, après des mois de discussions avec des fonctionnaires fédéraux et provinciaux, l’entreprise a en fin de compte été convaincue d’opter pour ce site plutôt que d’autres en Amérique du Nord pour une simple raison : « Le Canada a parlé d’une seule voix ». 

L’investissement direct étranger innovateur à ce point contribue fortement à bâtir une économie prospère et durable pour les Canadiens et constitue le genre d’investissements passionnants que nous voulons continuer de voir au Canada.

Katie Curran, PDG intérimaire, Investir au Canada 

Canada : un endroit de choix pour investir dans la chaine d’approvisionnement de VE 

L’enthousiasme au Canada s’est accru au cours de la dernière année, alors qu’un certain nombre d’entreprises mondiales annonçaient des engagements importants dans l’espace canadien des véhicules électriques, ajoutant d’autres liens à la chaîne d’approvisionnement des batteries. Cela comprend  
LG Energy Solution, basée en Corée du Sud, et Stellantis, basée aux Pays-Bas, qui prévoient de construire une importante usine de fabrication de batteries à Windsor, en Ontario, ainsi que deux annonces distinctes pour construire des usines de fabrication de cathode de 500 millions de dollars à Bécancour, au Québec, de BASF, basée en Allemagne, et de POSCO, basée en Corée du Sud, en partenariat avec General Motors, basée aux États-Unis.  

Ces types d’investissement direct étranger sont un exemple de la raison pour laquelle les entreprises mondiales peuvent jouer un rôle crucial pour aider le Canada à réduire ses émissions de carbone en se dirigeant vers un avenir qui peut aider à décarboniser la mobilité.