La chaîne d’approvisionnement en batteries du Canada alimentera la révolution des véhicules électriques

Philippe Ferland, Analyste Commercial, Investir au Canada

electric vehicle being charged

Alors que les pays promettent d’atteindre une cible de zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050, les décideurs et les investisseurs du monde entier considèrent l’électrification des transports comme une stratégie cruciale – et rentable. Le Canada a ce qu’il faut pour être un fournisseur sûr, durable et stable à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement, des minéraux critiques nécessaires à la production des batteries aux véhicules électriques (VE) qu’elles alimenteront.

La chaîne d’approvisionnement en batteries de bout en bout du pays offre des occasions aux entreprises mondiales. Les éléments du potentiel de cette chaîne d’approvisionnement comprennent les riches gisements de minéraux critiques, le solide cadre réglementaire et environnemental, l’utilisation répandue d’énergies renouvelables, les capacités de calibre mondial en recherche et développement (R et D) de batteries, le grand écosystème de fabrication automobile et l’expertise en recyclage de batteries du Canada.

Ouvrir la voie à une chaîne d’approvisionnement en batteries

Le Canada est le seul pays de l’hémisphère occidental capable de fabriquer des VE du début à la fin, et BloombergNEF prévoit que la demande en aval canadienne de VE grimpera de la 11e à la 6e place dans le monde d’ici 2025. Le Canada dispose des infrastructures et des accords de libre-échange nécessaires pour accéder directement aux deux plus grands marchés mondiaux des VE, soit les États-Unis et l’Union européenne (UE).

Le Canada est les États-Unis ont signé le plan d’action conjoint pour la collaboration dans le domaine des minéraux critiques, ce qui favorisera des approvisionnements fiables en minéraux critiques des deux côtés de la frontière.

L’accès aux marchés du Canada garantit la fiabilité des chaînes d’approvisionnement, même lorsqu’elles doivent faire face à une menace comme la COVID-19. Le Canada a maintenu la libre circulation des biens et des services tout au long de la pandémie et a renforcé les chaînes d’approvisionnement économiques avec les États-Unis.

Lors de son plus récent discours du Trône, le gouvernement fédéral s’est engagé à appuyer les entreprises qui souhaitent se procurer des véhicules électriques, à augmenter l’infrastructure des bornes de recharge et à lancer un nouveau fonds pour attirer les investissements dans la fabrication de produits zéro émission tout en réduisant de moitié le taux d’imposition des sociétés pour ces entreprises.

Les minéraux critiques approvisionnement les fabricants de batteries

L’avantage du Canada en ce qui a trait à la chaîne d’approvisionnement en batteries se trouve principalement dans son sol. Le cobalt, le graphite, le lithium, le nickel et les éléments des terres rares sont des minéraux essentiels à la production de batteries, et le Canada en a en abondance. Le pays est actuellement au 4e rang mondial et au 1er rang en Amérique du Nord pour ce qui est des capacités liées aux matières premières dans la chaîne d’approvisionnement en batteries, et devrait se hisser au 3e rang d’ici 2025.

En tant que fournisseur, le Canada occupe le 4e rang mondial pour le cobalt et le 3e rang pour le nickel et le graphite. On trouve des minéraux critiques dans tout le pays, mais les principales provinces qui en produisent et celles qui ont des projets en cours sont les suivantes (par minéral) :

  • Nickel : Québec, Terre-Neuve-et-Labrador, Manitoba et Ontario
  • Lithium : Québec, Alberta et Ontario
  • Graphite : Québec, Manitoba et Ontario
  • Cobalt : Québec, Ontario et Terre-Neuve-et-Labrador
  • Manganèse : Nunavut
  • Molybdène : Colombie-Britannique
  • Éléments des terres rares : Saskatchewan et Territoires du Nord-Ouest

À l’échelle mondiale, le Canada se classe parmi les principaux pays pour la production de nickel affiné et augmente sa capacité de traitement du cobalt, du graphite, du lithium et des éléments des terres rares en construisant des usines partout au pays. Ces installations seront en mesure d’approvisionner directement les fabricants de cathodes et d’anodes en tant que prochaine étape à valeur ajoutée de la chaîne d’approvisionnement en batteries.

Les cathodes représentent environ 55 % du coût total d’une batterie de VE. Grâce à l’abondance et à l’accessibilité des minéraux critiques au Canada et au prix des cathodes, leur fabrication au pays offre une occasion lucrative d’approvisionner les marchés nord-américain et européen.

L’endroit pour l’investisseur soucieux des enjeux ESG

Un nombre important de constructeurs automobiles s’engagent à s’approvisionner en minéraux et en d’autres intrants de la chaîne d’approvisionnement de façon éthique, notamment : Daimler, Toyota Motor Europe, Volkswagen, Honda, Ford, BMW, Volvo Cars, Jaguar Land Rover, Tesla, Volvo Trucks et Scania. Alors que de plus en plus d’entreprises prennent de tels engagements, le Canada s’impose comme une destination de choix pour les investisseurs guidés par les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Le cadre normatif et juridique du Canada pour les activités minières comprend une réglementation sur les volets suivants : émissions de gaz à effet de serre, utilisation des ressources hydriques, gestion des déchets, droits de la personne, pratiques d’emploi équitables, évolution de la composition des conseils d’administration, éthique des affaires, relations communautaires et principe de consentement préalable, donné librement et en connaissance de cause par les Premières Nations. 

L’infrastructure énergétique propre du pays permet d’approvisionner tous les segments de la chaîne avec de l’énergie propre et durable. Les provinces ayant un fort potentiel dans ce domaine sont le Québec et la Colombie-Britannique, qui produisent 99,8 % et 98,4 % de leur énergie à partir de sources renouvelables, respectivement. L’Ontario génère également 91,7 % de son électricité à partir de sources sans émissions.

D’autres innovations technologiques – comme l’investissement de Scale AI dans les chaînes d’approvisionnement intelligentes – offrent des mécanismes de traçabilité qui non seulement procurent des avantages concurrentiels et commerciaux, mais renforce cette « image de marque du Canada » qui garantit la responsabilité environnementale et sociale.

Un chef de file en R et D pour les batteries et les véhicules électriques

L’expertise canadienne en R et D dans le domaine des véhicules électriques et des batteries est reconnue mondialement, et des établissements sont toujours à la recherche de nouveaux partenariats.

Les entreprises étrangères qui participent au Programme de la recherche scientifique et du développement expérimental (RS&DE) reçoivent des crédits d’impôt combinés (provincial et territorial) de 23,83 % lorsqu’elles mènent des activités de R et D au Canada; il en découle un avantage concurrentiel à collaborer avec ces organisations d’envergure mondiale. Avec 2,8 millions de diplômés en science, technologie, génie et mathématiques (STGM) au pays, les entreprises auront également accès à un bassin de talents locaux permettant de répondre à tous leurs besoins en R et D.

La fabrication de véhicules électriques est déjà en cours

Le Canada réalise des progrès importants dans l’électrification des transports et devient une plaque tournante de la production de technologies écologiques. D’ailleurs, deux provinces, soit le Québec et la Colombie-Britannique, se sont déjà engagées à interdire la vente de nouveaux véhicules à essence d’ici 2035 et 2040.

Les avantages dont le Canada jouit depuis longtemps dans le secteur de la construction automobile sont parfaitement transférables à la fabrication de VE, ce qui lui confère un avantage unique pour former une chaîne d’approvisionnement des « mines à la mobilité ».

En plus d’avoir des coûts de fabrication inférieurs de 9,7 % à ceux des États-Unis et les plus bas du G7, le Canada possède également un écosystème dynamique de plus de 700 fournisseurs de pièces d’automobile – dont beaucoup fournissent déjà des pièces pour véhicules hybrides et véhicules électriques à batterie (VEB). Linamar et Magna International font partie de ces fournisseurs.

New Flyer, NovaBus (Volvo), la Compagnie Électrique Lion, GreenPower Motor Company, Grande West et BYD construisent actuellement des autobus zéro émission au Canada. L’entreprise Electra Meccanica, établie en Colombie-Britannique, conçoit et construit des voitures électriques pour une personne.

Le Canada attire également d’importants investissements de grands fabricants automobiles. GM, Ford Motors et Fiat Chrysler se sont tous engagés à fabriquer des VE au Canada, la somme de leurs investissements annoncés totalisant 5,75 milliards de dollars canadiens.

La capacité de recyclage de batteries du Canada

Les entreprises canadiennes sont des chefs de file mondiaux en matière de capacités de recyclage de batteries et de technologies. Recyclage Lithion est en mesure de recycler 95 % des composants des batteries lithium-ion et Retriev Technologies a la capacité de produire 4 500 tonnes de matériaux fabriqués à partir de batteries recyclées par année. Li-cycle construit actuellement la plus grande usine de recyclage de batteries lithium-ion en Amérique du Nord et prévoit de faire son entrée à la Bourse de New York dans une opération évaluée à 1,7 milliard de dollars américains. Cette opération permettra à Li-Cycle d’ouvrir de nouveaux centres de recyclage et d’augmenter sa capacité à servir les marchés nord-américain, européen et asiatique.

Le recyclage des batteries joue un rôle essentiel pour garantir que la chaîne d’approvisionnement demeure circulaire et qu’elle devienne une obligation à certains endroits. Par exemple, l’UE vise un taux de collecte de 70 % d’ici 2030, ce qui signifie qu’elle devra recycler 92,4 kilotonnes métriques1 de batteries pour atteindre son objectif. Le Pacte vert de l’UE exigera la divulgation de l’empreinte carbone et du contenu de matières premières recyclées, la conformité à une limite d’émissions de CO2 et, plus tard, l’utilisation d’une part minimale de cobalt, lithium, nickel et plomb recyclés pour les VE et les batteries industrielles vendus en Europe.

L’abondance d’énergie renouvelable du Canada et ses capacités de recyclage de batteries pourraient potentiellement satisfaire à toutes les exigences du Pacte vert de l’UE. Si l’industrie canadienne venait à croître, le marché européen aura un endroit sûr et durable où recycler ses batteries, ainsi qu’une source stable de métaux recyclés pour fabriquer de nouvelles batteries dans l’avenir.

La chaîne d’approvisionnement en batteries d’Investir au Canada

Le Canada offre de nombreux avantages qui garantissent que tous les segments de la chaîne d’approvisionnement peuvent répondre aux besoins de certains des plus grands marchés mondiaux de façon sûre, durable et stable. Comme la demande pour les VE continue d’augmenter, le potentiel du pays pour une chaîne d’approvisionnement de bout en bout présente de multiples possibilités pour les investisseurs.

Vous souhaitez investir dans un segment de la chaîne d’approvisionnement? Communiquez avec nous pour nous parler de votre projet.