Investir dans les technologies océaniques : Les avantages de jeter l’ancre sur la côte du Canada

Rebecca Skinner, conseillère, Services aux investisseurs, Atlantique, Investir au Canada

workers on boat

Selon l’OCDE, la valeur de l’économie océanique mondiale devrait doubler pour atteindre 3 billions de dollars d’ici 2030, ce qui représente des occasions significatives pour les investisseurs à l’échelle mondiale. Jouissant du plus long littoral au monde, de la plus grande superficie de l’océan Arctique et de bassins d’eau les plus prolifiques au monde, le Canada bénéficie d’un positionnement enviable lui permettant de tirer avantage de cette industrie mondiale en plein essor, ce qui n’est pas sans passer inaperçu des investisseurs européens et dans le reste du monde. Explorez en profondeur l’économie océanique de la côte est du Canada.

Canada atlantique : Une économie océanique diversifiée

Plus de la moitié de l’économie océanique du pays repose sur la côte est du Canada qui emploie environ 175 000 personnes. Le Canada atlantique, regroupant les provinces de Terre-Neuve-et-Labrador, de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard, compte des siècles d’expérience de travail dans cette industrie diversifiée, y compris :

  • Transport maritime : Les ports nord-américains étant le plus près de l’Europe et de régions de l’Asie du Sud, par le canal de Suez, ont fait de la région un important point de transbordement entre ces marchés.
  • Énergie marine : L’abondance de ressources au large des côtes englobe une quantité estimée à 71,6 milliards de barils de pétrole et à 344,1 billions de pieds cubes de gaz naturel. La majorité de ces ressources se trouvent seulement dans 10 % des zones extracôtières de Terre-Neuve-et-Labrador. Des acteurs importants, comme Exxon, Suncor et Equinor, investissent des milliards de dollars dans plusieurs projets d’installations de production en mer.
  • Défense et sécurité : La région compte une grande partie des ressources militaires canadiennes, ce qui a attiré de nombreuses entreprises hautement spécialisées dans la construction navale, l’acoustique, la surveillance ainsi que l’intégration des systèmes.
  • Pêches et aquaculture : Les eaux pures de l’Atlantique sont parmi les zones de pêche les plus prolifiques au monde ayant contribué, en 2019, à l’approvisionnement d’environ 5,3 milliards de dollars en produits de la mer de qualité vers les marchés internationaux. Il existe actuellement des possibilités d’investissement dans l’industrie aquacole de Terre-Neuve-et-Labrador, notamment pour une nouvelle installation ayant une capacité de production de 15 000 à 20 000 tonnes métriques annuelles de saumon de l’Atlantique d’élevage dans la région de Bays West. Si votre entreprise manifeste de l’intérêt pour ce projet, soumettez votre demande de manifestation d’intérêt au gouvernement de la province d’ici le 26 novembre 2020.  

Le Canada atlantique abrite également la Supergrappe de l’économie océanique du Canada, créée en 2018 par le gouvernement fédéral en vue de promouvoir l’innovation au sein des diverses industries océaniques. La Supergrappe constitue en un investissement de 300 millions de dollars répartis entre le gouvernement et les partenaires de l’industrie dont le mandat est de contribuer à la transformation de l’industrie en une économie du savoir basée sur la technologie et le numérique.

Terre-Neuve-et-Labrador, la province située le plus à l’est du Canada, dispose d’une solide expérience dans le développement de matériel et de technologies utilisés dans l’économie océanique que l’on nomme les technologies océaniques.

le-canada-atlantique.jpg

Terre-Neuve-et-Labrador : Un chef de file des technologies océaniques

Terre-Neuve-et-Labrador, le point le plus à l’est en Amérique du Nord, est le laboratoire mondial des océans froids en temps réel, avec 17 000 kilomètres de côtes, stratégiquement situées le long de la route vers l’Arctique et des voies de navigation internationales vers l’Europe et l’est des États-Unis.

Disposant de la plus grande part de l’économie océanique du Canada, Terre-Neuve-et-Labrador est à la tête du secteur des technologies océaniques. Outre des établissements d’enseignement et de recherche exceptionnels, notre province compte sur une solide et dynamique grappe d’entreprises permettant de soutenir cette industrie au Canada et à l’échelle mondiale. Nous sommes fiers des efforts collectifs déployés par l’ensemble des partenaires dans le secteur des technologies océaniques, lequel s’avère diversifié, innovant et axé sur le développement de technologies de pointe.

— L’honorable Andrew Parsons, ministre de l’Industrie, de l’Énergie et de la Technologie, gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador

Entreprises novatrices du secteur des technologies océaniques

Terre-Neuve-et-Labrador jouissant d’une renommée mondiale en matière d’entreprises et d’opérations maritimes, de nombreuses entreprises novatrices qui desservent les marchés mondiaux y sont implantées, notamment : Kraken Robotics, Rutter, SubC Imaging, PanGeo Subsea, Virtual Marine et Genoa Design International.

Genoa Design International propose des services de projet d’exécution et de modélisation 3D aux entreprises en construction navale et côtière depuis 1995, et est en train de devenir l’une des entreprises de projet d’exécution les plus convoitées du marché nord-américain de la construction navale.

Nous avons toujours été fiers de désigner Terre-Neuve-et-Labrador comme le port d’accueil de notre entreprise en croissance. Cette province a une riche histoire de construction navale et est surtout connue pour l’innovation en tant que mode de vie. Chez Genoa, les talents que nous avons recrutés dans nos établissements d’enseignement locaux, les personnes que nous avons formées au sein de notre propre Académie et celles que nous avons attirées à travers le monde, sont tous des raisons de célébrer. Nous disposons d’une équipe de calibre mondial ici même. La ténacité jumelée à la résilience de notre peuple font de Terre-Neuve-et-Labrador, et du secteur océanique, un endroit si inspirant et attrayant pour mener ses activités.

— Gina Pecore, présidente-directrice générale, Genoa Design International

women in front of computer monitors
Photo : Genoa Design International

 

Les entreprises du secteur des technologies océaniques à Terre-Neuve-et-Labrador conçoivent des produits et services en demande sur les marchés mondiaux. L’industrie excelle dans les champs d’expertise suivants : la navigation et les communications, les véhicules sous-marins téléguidés, les véhicules sous-marins autonomes, les technologies sous-marines, la robotique marine et la simulation.

La recherche et l’enseignement dans le secteur des technologies océaniques

La capitale de la province, St. John’s, est une ville réputée pour son excellence océanique et où un grand nombre d’entreprises des secteurs privé et public sont installées. St. John’s abrite certaines des installations de recherche et d’enseignement les plus novatrices, y compris : le Centre de recherche en génie océanique, côtier et fluvial, le plus long bassin à glace au monde, un bassin d’essais techniques extracôtier avec réservoir à chariot mobile de 200 mètres, la plus grande citerne antiroulis au monde et deux des cinq simulateurs de pont de navire à système de mouvement complet au monde.

Son plus grand campus étant basé à St. John’s, l’Université Memorial se situe à l’épicentre du secteur des technologies océaniques. Plus de 40 % des recherches qui y sont réalisées ont un lien avec l’océan et le Marine Institute de l’Université Memorial est réputé à l’échelle mondiale pour les formations spécialisées qui y sont élaborées et dispensées dans les secteurs des pêches, de la navigation maritime, de la planification côtière et de la sécurité.

En tant qu’établissement d’enseignement unique en son genre au Canada, le Fisheries and Marine Institute de l’Université Memorial se concentre sur la prestation d’un éventail inégalé de recherches, de formations et d’expertise universitaire dans tous les secteurs des activités océaniques. Du point de vue du développement économique, nous comprenons l’importance des océans pour le patrimoine et l’avenir culturel et économique de Terre-Neuve-et-Labrador. L’Institut est bien positionné afin de servir d’atout majeur à la province pour amener Terre-Neuve-et-Labrador à devenir le leader mondial en termes d’études et de recherche appliquées dans le domaine des activités océaniques.  

— Glenn Blackwood, vice-président, Université Memorial (Marine Institute)

L’établissement de la Holyrood Marine Base a suscité la création de partenariats entre le Marine Institute et diverses entreprises liées à l’océan. Cette collaboration a permis à ces entreprises de mettre l’essai et de mettre au point une panoplie d’innovations, notamment la cartographie des fonds marins, l’inspection vidéo sous-marine et des capteurs. En parallèle, cette même collaboration a fourni au Marine Institute un lien direct avec l’industrie, qui lui permettra de répondre aux besoins des entreprises dans l’avenir. Une nouvelle base de mobilisation et de lancement de 36 000 pieds carrés est en construction. Cette dernière fournira aux chercheurs ainsi qu’aux entreprises et aux étudiants en technologies océaniques un espace physique et une nouvelle technologie pour tester des produits.

Au-delà de la recherche, l’Université Memorial contribue à former la main-d’œuvre du secteur des technologies océaniques de demain. L’unique programme coopératif  en architecture navale et génie maritime au monde y étant dispensé, de même que des programmes en science océanique, en physique océanique et en biologie marine, les entreprises du secteur des technologies océaniques et les investisseurs à l’échelle mondiale peuvent répondre à leurs besoins en main-d’œuvre et bénéficier d’un contingent régulier de diplômés.

Experts en environnements hostiles

La province étant située à une proximité stratégique de l’Arctique, l’Université Memorial investit 16 millions de dollars dans un nouvel établissement de recherche sur les environnements hostiles (HERF). L’établissement à la fine pointe de la technologie permettra de mener des recherches de pointe sur les interactions entre la glace et la structure des navires, les mécanismes de la glace, l’hivernisation des navires océaniques des eaux froides, les phénomènes liés à la glace ainsi que la charge du vent et le givrage des structures. Le HERF a été conçu pour avoir une incidence de premier plan sur la recherche en génie et le développement technologique dans l’Arctique et les océans froids. À ce jour, il n’existe aucune autre institution de recherche au Canada disposant d’une installation polyvalente permettant de regrouper les capacités proposées du HERF dans une seule installation.

frozen ocean shorline
Photo : Genoa Design International

 

Les technologies océaniques : des ressources afin d’aller plus en profondeur

Recherchez-vous la clé du succès de l’économie océanique? C’est au Canada. Les investisseurs internationaux profitent de la stabilité, d’une main-d’œuvre talentueuse, de politiques d’immigration accueillantes, de chaînes d’approvisionnement bien établies ainsi que d’une riche expertise océanique.

Par l’intermédiaire de son bureau régional, Investir au Canada collabore avec des partenaires à Terre-Neuve-et-Labrador afin de mettre les investisseurs internationaux en relation avec les occasions d’affaires. Venez en apprendre davantage au sujet de Terre-Neuve-et-Labrador et la ville de St. John’s.

Nous serions ravis de travailler avec vous sur votre projet d’investissement lié à des activités océaniques. Investir au Canada est l’agence canadienne responsable d’attirer et de promouvoir l’investissement étranger. Son objectif est d’aider votre entreprise à saisir des occasions d’investissement au Canada. Communiquez avec nous.

 

Image d'en-tête fournie par le photographe David Howells et le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador.