Canola : la prochaine innovation dans l’énergie renouvelable et les protéines végétales

Surya Narsinghani, Conseillère, Services aux investisseurs, Investir au Canada

canola field

Un changement se fait sentir dans les cultures de canola au Canada. Autrefois simplement une source d’huile, les agriculteurs et les entreprises du Canada utilisent maintenant le canola de façon novatrice afin de réduire au minimum l’impact environnemental et de contribuer à un avenir plus propre. Le premier nouveau développement concerne l’huile, qui est utilisée pour produire du biodiésel renouvelable. Deuxièmement, la protéine de canola, qui est utilisée comme protéine végétale pour la consommation humaine.

Le canola est la deuxième culture oléagineuse la plus cultivée au monde, derrière le soja. Les provinces des Prairies du Canada, soit le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta, sont les plus grands producteurs de canola au monde et cette culture est un élément important de l’économie régionale. En Saskatchewan, en particulier, les activités de transformation agroalimentaire à valeur ajoutée augmentent, avec plus de 4 milliards de dollars d’investissements annoncés au premier semestre de 2021. Cela s’inscrit dans le plan de croissance de la Saskatchewan visant à triturer plus de 75 % du canola dans la région.

Lisez la suite pour découvrir pourquoi les entreprises mondiales investissent dans le canola canadien.

Le canola de la Saskatchewan attire d’importants investissements

En mars 2021, l’activité d’investissement a commencé avec l’annonce de Richardson que l’entreprise doublerait la capacité de son usine de trituration de Yorkton, en Saskatchewan, à 2,2 millions de tonnes métriques. En avril 2021, Cargill a dévoilé qu’elle ouvrirait une usine de traitement du canola à la fine pointe de la technologie à Regina, en Saskatchewan, avec un investissement d’environ 350 millions de dollars américains. Plus tard dans la même semaine, Viterra a annoncé une autre installation de trituration du canola à Regina; il s’agirait de la plus grande usine de trituration de canola au monde, avec un montant d’investissement qui n’a pas encore été divulgué. Pas même un mois plus tard, Ceres Global Ag a annoncé qu’elle construirait une nouvelle usine de trituration du canola de 350 millions de dollars américains près d’Estevan, en Saskatchewan.

En plus des annonces importantes des principaux acteurs agroalimentaires du canola, Red Leaf Pulp Ltd. a annoncé la création d’une nouvelle installation de pâtes et papier à base de paille de blé, qui a reçu un investissement d’environ 350 millions de dollars américains.

Afin de tirer parti de l’énorme possibilité que représente le canola, l’entreprise Covenant Energy, dont le siège est à Estevan, prévoit également construire une raffinerie d’huile de canola pour produire du diesel renouvelable qui sera utilisé sur le marché du carburant d’aviation durable (CAD).

Pourquoi investir dans le canola au Canada?

Pourquoi ces sociétés internationales ont-elles choisi d’investir au Canada? Cela commence par le fait que l’industrie canadienne du canola est l’une des plus importantes au monde. Une qualité exceptionnelle, des volumes de production élevés et un écosystème bien établi d’agriculteurs, de raffineurs et de producteurs en font une destination attrayante pour les investissements.

Industrie canadienne du canola

 

En raison des avantages naturels du Canada et de son leadership établi dans l’industrie, de nouvelles façons novatrices d’utiliser le canola présentent de nouvelles occasions : énergie renouvelable et protéines végétales.

Le potentiel du canola pour l’énergie renouvelable

On trouve dans les Prairies de nombreuses cultures de matières premières qui pourraient servir de biomasse pour l’énergie renouvelable, réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre (GES).

L’utilisation du canola comme matière première pour les biocarburants témoigne d’un fort leadership des agriculteurs pour appuyer l’économie verte du Canada, et contribuera à réaliser l’objectif du Canada d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Si le Canada avait un taux d’inclusion du biocarburant de 5 %, les réductions annuelles d’émissions de GES équivaudraient presque à retirer chaque année 1 million de voitures des routes canadiennes, en raison de la faible cote d’intensité en carbone du canola par rapport au diesel pétrolier. Une graine de canola de qualité inférieure qui ne peut pas être vendue sur le marché alimentaire pourrait être utilisée dans les biocarburants, ce qui créerait une demande pour un produit qui, autrement, avait des possibilités limitées.

En outre, la diversification des marchés internationaux et la réduction du risque commercial grâce à la croissance de la demande intérieure constituent l’un des principaux secteurs stratégiques du secteur agricole canadien. À l’heure actuelle, plus de 90 % du canola canadien est exporté sous forme de semences, d’huile et de tourteau vers environ 50 pays à travers le monde. L’augmentation de la demande intérieure de biocarburants de canola réduit la dépendance des agriculteurs canadiens à l’égard des exportations ainsi que l’exposition aux perturbations du commerce international survenues pendant la pandémie de COVID-19. Par exemple, le mélange à 5 % de biodiésel au Canada pourrait utiliser 1,3 million de tonnes ou plus de semences, un marché intérieur dont l’envergure est semblable à celui du Japon.

Les programmes de soutien et les mesures incitatives aux niveaux fédéral, provincial et municipal peuvent être mis à profit en investissant dans la production d’huile de canola et de biocarburants. Par exemple :

Le canola comme protéine végétale

Les producteurs d’aliments et les fournisseurs d’ingrédients alimentaires explorent constamment des solutions novatrices pour répondre aux demandes des consommateurs, car le marché des protéines végétales continue de croître à un rythme rapide. Bien que de nombreuses entreprises productrices de protéines végétales utilisent du soja ou des pois pour produire des protéines, d’autres options comme le canola gagnent du terrain et se retrouvent sur nos tables.

En 2020, Merit Functional Foods a annoncé qu’elle produirait des protéines de canola en partenariat avec Bunge. Protein Industries Canada (l’une des cinq Supergrappes du Canada) s’est également associée à de multiples projets visant à développer des produits innovateurs dans l’espace des protéines végétales et est toujours prêt à collaborer avec des entreprises et des institutions pour transformer le secteur de la transformation alimentaire au Canada.

Comment Investir au Canada peut aider

L’industrie canadienne du canola est mûre pour l’investissement. Déjà, les grandes entreprises mondiales reconnaissent les possibilités offertes par le canola pour l’énergie renouvelable et les protéines végétales. Votre entreprise pourrait être la prochaine!

Investir au Canada offre des visites guidées virtuelles des sites aux investisseurs intéressés par les Prairies. En utilisant cet outil robuste, vous pouvez obtenir un aperçu des possibilités et explorer l’écosystème agricole de la région, avant de vous rendre au Canada.

Si vous êtes intéressé par une visite virtuelle ou souhaitez discuter de votre projet, contactez-nous pour apprendre comment vous pouvez participer à cette incroyable histoire de croissance qui se déroule au Canada.